Rejoins ton forum de discussions. On s'détend, on papote de tout et de rien. Un petit café ?
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello. Je recherche un modérateur ou modératrice, Contactez-moi en MP ou suite à ce post. J'attends vos propositions. Thanks
Derniers sujets
» Geneviève de Fontenay tacle Emmanuel Macron et l’équipe de France
Aujourd'hui à 11:46 par Joseph

» Elton John - Your Song (live)
Aujourd'hui à 11:33 par Edmond

» Qu’est-ce que le bépo ?
Hier à 21:04 par Edmond

» Photos drôles .
Hier à 20:29 par Chico

» Paris : Une policière lui porte secours après un grave accident, il la frappe .
Hier à 20:28 par Chico

» Backstreet Boys : 14 blessés à leur concert !
Hier à 20:26 par Chico

» Coupe lob : LA coiffure à adopter à la rentrée !
Hier à 20:26 par Chico

» Tabac : nouvelle hausse du prix du paquet
Hier à 20:25 par Chico

» Garcia descend ses joueurs
Hier à 20:24 par Chico

» Course-poursuite mortelle : un rassemblement pour soutenir le policier, la famille outrée
Hier à 20:09 par Chico

» Waterzooï de volaille
Hier à 18:09 par Edmond

» Cocktail à base de Guignolet - GK Sunrise
Hier à 13:07 par Carte Noire

» À quoi joue François Hollande?
Hier à 9:59 par Carte Noire

» Yves Montand - Mon pot' le gitan (1954)
Hier à 9:57 par Carte Noire

» Les 5 tendances beauté qui vont faire la rentrée
Hier à 9:32 par Carte Noire

» Amuse-bouche au saumon fumé, betterave et chantilly de mascarpone
Hier à 8:58 par Carte Noire

» Cocktail à base d'Anis - Fraisanis
Hier à 8:57 par Carte Noire

» Bananes flambées au sésame
Hier à 8:56 par Carte Noire

» Incendie à Aubervilliers : sept blessés graves, dont cinq enfants
Hier à 8:49 par Carte Noire

» Volkswagen Combi
Dim 19 Aoû - 10:26 par Joseph

» Yves Montand - Le Routier (1953)
Sam 18 Aoû - 22:54 par Edmond

» Gâteau mascarpone, ricotta et fruits rouges
Sam 18 Aoû - 16:49 par Edmond

» Vandaliser un radar peut vous coûter très cher : jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende .
Sam 18 Aoû - 13:38 par Chico

» Grave accident d'un car Flixbus sur l'autoroute 17/08/2018
Sam 18 Aoû - 13:12 par Joseph

» Bibiche, Bitche, Riche, Suisse, Rhodes… la Moselle et ses noms de villages uniques .
Ven 17 Aoû - 21:53 par Edmond

» Pourquoi la France est en tête du nouveau classement Fifa
Ven 17 Aoû - 21:07 par Chico

» Ingrédient à l'honneur : la boue
Ven 17 Aoû - 12:15 par Joseph

» AROMATES : QUELS BIENFAITS POUR VOTRE SANTÉ ?
Jeu 16 Aoû - 22:53 par Carte Noire

» 5 blonds sur lesquels on se retourne dans la rue
Jeu 16 Aoû - 22:53 par Carte Noire

» Nancy : le dealer confond les policiers de la BAC avec des clients .
Jeu 16 Aoû - 19:37 par Chico

» Sans sa perruque, Sia montre son vrai visage
Jeu 16 Aoû - 19:35 par Chico

» Mort d'Aretha Franklin : la reine de la Soul n'est plus
Jeu 16 Aoû - 17:07 par Edmond

» Tresse feuilletée façon montagnarde
Jeu 16 Aoû - 14:16 par Edmond

» Le versement de l'allocation de rentrée scolaire débute ce jeudi
Jeu 16 Aoû - 12:27 par Joseph

Conseils Canicule


Donne ton avis

Trucs & Astuces

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs

Partagez | 
 

 L’adminitration Trump sommée d’arrêter de droguer les enfants détenus

Aller en bas 
AuteurMessage
Carte Noire
avatar



Féminin Messages : 5482
Date d'inscription : 23/05/2018
Age : 38

MessageSujet: L’adminitration Trump sommée d’arrêter de droguer les enfants détenus   Dim 5 Aoû - 12:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« On m’a donné neuf pilules le matin et sept le soir. Je ne savais pas pourquoi je les prenais ; personne ne m’en a parlé, » a témoigné un enfant

Bien avant que l’administration Trump prenne la terrible de décision de séparer les enfants migrants de leurs parents, en avril dernier, 10 000 enfants étaient déjà placés en détention pour une durée moyenne de huit mois. Ils sont installés dans des camps disséminés un peu partout sur le territoire, camps gérés par des dizaines d’organismes privés financés par le Bureau de réhabilitation des réfugiés. Beaucoup d’entre eux ont déjà été pointés du doigt – négligence, abus physiques et sexuels – mais il y’en a un en particulier qui reste gravé dans la mémoire des enfants qui y ont été placés : le Shiloh Treatment Center de Manvel, au Texas.

Lundi dernier, un juge fédéral a ordonné au gouvernement de retirer ces enfants du centre, et a exigé auprès de l’administration Trump que les foyers cessent de prescrire de puissants psychotropes sans une ordonnance judiciaire ou l’accord des parents.

Des enfants hébergés à Siloh ont raconté à leurs parents et à leurs avocats avoir été drogués, parfois sous la contrainte, en plus d’avoir été abusés par certains membres du personnel. Le Center for Investigative Reporting vient tout juste de découvrir qu’un des docteurs responsables des prescriptions, Dr. Javier Ruíz-Nazario, a perdu son droit d’exercer des années auparavant.

« On m’a donné neuf pilules le matin et sept le soir. Je ne savais pas pourquoi je les prenais ; personne ne m’en a parlé, » a témoigné un enfant détenu à Shiloh à ses avocats. Ces pilules étaient couplées à des injections utilisées par le personnel pour garder le contrôle. « Ils venaient et me piquaient pour me calmer… À ce moment-là je me sentais lourd et fatigué, comme si je n’avais plus de force. Je me réveillais 3 voire 4 heures après, et c’est seulement là que je commençais à recouvrer mes forces. »

Ce jeune témoin – balloté entre six refuges et trois états depuis son arrivée du Mexique en 2014 – n’est qu’un parmi une multitude d’autres ayant rapporté les mêmes histoires à une équipe d’avocats chargés de s’assurer que le gouvernement met à disposition un environnement sain et décent aux enfants placés en détention.

La décision du juge Dolly Gee n’est qu’en partie une victoire pour les avocats : sa décision ne relève pas des enfants considérés comme « des risques » envers eux-mêmes ou les autres, qui eux, pourraient rester à Shihoh. Les défenseurs des enfants ont rappelé avec inquiétude qu’un autre centre, situé dans la même ville et appartenant à la même personne, avait fermé en 2011 après qu’un quatrième enfant soit mort asphyxié sous une contrainte physique. Bien avant la fermeture du Daystar Treatment Center, des enfants auraient été « suspendus au plafond, » auraient été abusés sexuellement, et des rapports indiquent que certains membres du personnel forçaient de jeunes filles mentalement instables à se battre pour de la nourriture.

« ils sont littéralement enfermés dans des cellules minuscules en béton »
Les avocats s’inquiètent également de comment sont jugés les enfants « à risque, » de qui prend la décision et de comment cette conclusion est adoptée. Aujourd’hui, la loi autorise les dirigeants des centres à prendre cette décision de façon unilatérale, leur permettant d’envoyer le garçon ou la fille en question dans un centre beaucoup plus strict – et dont il est beaucoup plus difficile de sortir.

D’après le Bureau de réhabilitation des réfugiés, les refuges sont divisés en trois catégories : les foyers, les « centres sécurisés » (plus restrictifs), et les « centres de soin, » considérés comme des prisons pour mineurs. Jusqu’à récemment, la seule manière pour un enfant d’être libéré d’un centre appartenant aux deux dernières catégories, était d’obtenir une permission exceptionnelle accordée par le directeur du Bureau, un homme appelé Scott Lloyd.

L’an passé, ce sont pas moins de 750 enfants qui ont été touchés par ce strict règlement. Seulement 12% d’entre eux ont pu sortir, contre 90% auparavant d’après les New York Civil Liberties qui, grâce à une ordonnance spéciale, ont pu bloquer temporairement la procédure.

D’après Leccia Welch du National Youth Law Center, dans la plupart des cas, les enfants ne sont même pas au courant qu’ils sont catégorisés « à risque » et qu’ils peuvent, par conséquent, être transférés vers un centre plus sécurisé. « Vous êtes réveillé en pleine nuit, sans savoir où on vous amène, on vous met dans un avion, vous êtes enchaîné pendant six heures et on vous met en prison – c’est ce qui peut arriver, et c’est qui est arrivé à un jeune garçon à qui j’ai parlé le mois dernier, » raconte-t-elle à nos confrères américains.

« Le Bureau traite ces enfants comme des prisonniers, et je pèse mes mots : ils sont littéralement enfermés dans des cellules minuscules en béton, et ont droit à une heure – au mieux – de soleil par jour, » poursuit-elle. « Ils sont enfermés là-dedans sans qu’aucune explication ne leur soit donnée sur les raisons de cet enfermement, ni même sans qu’ils puissent donner leur version des faits.«


Le lien : https://www.rollingstone.fr/trump-enfants-refugies-drogue/

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://un-petit-cafe.forumactif.com
Chico
avatar



Masculin Messages : 1194
Date d'inscription : 27/05/2018
Age : 33
Localisation : Meurthe et Moselle

MessageSujet: Re: L’adminitration Trump sommée d’arrêter de droguer les enfants détenus   Dim 5 Aoû - 18:58

Méthode nazi .
Revenir en haut Aller en bas
 
L’adminitration Trump sommée d’arrêter de droguer les enfants détenus
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trump, ça vous fait rire?
» TRUMP ? Votre avis ?
» Avis de marché - Paris - cimetière Montparnasse - Monument funéraire - Pierre et métal
» Ouvriers militaires et Administration - 1854-1858 (boulangers, bouchers et artisans pour assurer le ravitaillement en vivres des armées) (1)
» Dissertation libre : Laisser libre votre pensée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un-Petit-Cafe :: Actualités - Culture - Littérature - Voyages :: Actualités - People - Débats :: Actualités - Economie-
Sauter vers: